Vous devez mettre à jour votre version de Flash Player.

Cliquez ici pour mettre à jour votre version de Flash Player.




Ce que disait sur Saint Lizier le guide touristique "Le panorama pittoresque de la France "édité en 1839

Pettie ville trés ancienne, située sur le Salat, à une demie lieue de Saint Girons
Population: 1160 Habitants.
Saint Lizier était autrefois la capitale du Couserans, petite contrées oû l'on ne peut pas faire un pas sans rencontrer des restes de monuments, de temples antiques, de tombeaux, etc., qui attestent du séjour des romains. Cette ville a porté primitivement le nom de Civitas Couseranorum puis celui d'Austria et plus tard celui de Saint Lizier.
Le Couserans aprés avoir était pendant 492 sous la domination romaine, fut séparé de l'empire et cédé au Goths par llonorius en 411. Des Goths il passa aux Bourguignons, et ensuite au roi d'Austrasie, qui le conservèrent jusqu'à la conquète qu'en firent les Sarrains de 719 à 749. Charlemagne l'érigea en comté, vers 778, et ce pays fut d'abord gouverné par les comtes et ensuite des vicomtes.
La ville de Couserans devint le siège d'un évéché dans le courant du V ème Sciécle. En 708, elle fut assiégée et prise par une armée formidable de Goths, et délivrée, selon la tadition, par les prières éfficaces de Saint Lizier. Les Sarrazins et les Visigoths rennis la prière et la saccagèrent en 736; Peu aprés elle fut rebatie par les soins de Charles Martel et de Saint Lizier. Cette ville fut réduite en cendres en 1120 ou 1130 par Bernard premier comte de Comminges. Dans la suite, les évèques la relevèrent de ses ruines; mais elle perdit dans sa reconstruction jusqu'aux traces de son anciennes splendeur; Les matériaux de ses anciens édifices furent employés sans goût; des pièces d'archiecture antique, des scultures, des marbres rares furent enfouis dans la fondation des nouveaux édifices.
Cette ville est batie sur le penchant méridionale d'une colline, et sur la rive droite du Salat. La partie supérieure, qui se présente en amphitéatre, est couronnée par le palais épiscopal, bel édifice que fit élever à grand frais l'évèque Bernard de Marmiesse de 1655 à 1680: la façade décorée de trois tours semi-circulaires, se prolongent de l'est à l'ouest et produit un bel effet de perspective, vue du coté de Saint Girons; il est occupé par l'hospice général du département. On remarque encore à Saint Lizier: l'hôpital civil, fondé en 1750, et rebâti sur un plan plus vaste en 1751; le pont sur le Salat, etc.
Fabrique de tissus coton et laines. Filature de laine. papeteries. Moulin à tan. Scierie hydraulique de marbre.




Saint Lizier