Vous devez mettre à jour votre version de Flash Player.

Cliquez ici pour mettre à jour votre version de Flash Player.




Ce que disait sur Foix le guide touristique "Le panorama pittoresque de la France "édité en 1839

FOIX. Ville ancienne. Chef-lieu du département. Tribunal de première instance. Chambre consultative des manufactures. Société d'agriculture et des arts. Collège communal. 4857 habitants.
L'origine de cette ville remonte à des temps éloignés, mais l'époque en est inconnue. Élie de Pamiers et Qlbagaray font remonter sa fondation à une haute antiquité; Bucbiug et Kxpilly lui donnent pour fondateur une colonie de Phocéens de Marseille ; mais, d'après le savant M. Dumège» il parait que cette ville est loin d'avoir une origine aussi ancienne. Quoi qu'il en soit, il fallait que cette ville existât an moins dans le V* siècle, puisqu'il paraît certain qu'il y avait alors une basilique dédiée à saint Nazaire, dans laquelle furent transférées les reliques de saint Volusien. Foix et ion château sont célèbres par les sièges qu'ils ont soutennus.

ils résistèrent, en 1210, aux cfforts de Simon de Montfort et de l'armée croisée contre les Albigeois ; les habitants, armés seulement de pierres, repoussèrent les croisés et les mirent en fuite après leur avoir tué beaucoup de monde. En 1272, le comte de Foix, enhardi par la situation avantageuse du château, où il s'était renfermé, osa défier le roi de France, Philippe-Ie-Hardi, contre lequel il s'était révolté. Philippe, plein d'indignation et respirant la vengeance, vint l'assiéger avec une puissante armée, et fit serment d'emporter la place à quelque prix que ce fut. La résistance fut si longue et si opiniâtre que le roi entreprit de faire abattre l’énorme rocher qui porte le fort. A une époque où la poudre n'était pas encore in ventée, c'était une entreprise difficile. Néanmoins on se mit à l'œuvre ; de vastes quartiers de pierre étaient déjà renversés, et le rocher commençait à surplomber d'un côté, lorsque le comte, effrayé, se soumit et demanda grâce. Dans le XVIe siècle, la ville et le château, pris et repris par les catholiques et par les religionnaires, eurent beaucoup à souffrir des violences des deux partis. Les temps qui suivirent, plus paisibles, permirent à Foix de réparer ses désastres ; toutefois cette cité en a peu profité pour s'embellir.
Cette ville, anciennement capitale du comté de Foix, est fort pittoresquement située au pied des Pyrénées dont les premiers gradins sont cultivés en vignes. Elle est circonscrite, â l'ouest, par l énorme rocher sur lequel s'élève le château ; au nord-ouest, par la rivière de l'Arget et par les rochers nus et à pic de la montagne de Saint-Sauveur ; au nord, au nord-est et â l'est, par la rivière de l'Ariége et par la montagne du Pech; au sud-est, s'étend seulement la surface plane de son territoire. C'est dans cet espace resserré que la ville a été bâtie de la manière la plus irrégulière; les rues en sont étroites et mal percées ; les maisons les plus anciennes y sont du plus mauvais goût : on y voit cependant plusieurs belles constructions, élevées notamment depuis l'année 1820, et l'on y remarque quelques édifices dignes de la curiosité des voyageurs ; nous citerons principalement ;
Le Château, formé de trois grande» •tours gothiques, servant de prisons, construites en pierre de grès, dans la direction du nord au midi, à peu de distance l’une de l'autre, et s'élevant à une hauteur assez considérable, sur l'énorme rocher isolé qui borne la ville à l'ouest. Deux de ces tours sont carrées, et ta troisième est ronde. Celle qui se trouve le plus au nord a été fondée sur des substrations, et annonce par sou antique physionomie qu'elle fut bâtie à une époque reculée, que quelques géographes font remonter au règne de Dagobert, \vers 63o, sans que l’on sache trop sur quelle autorité l'on s'appuie pour lui assigner cette date. La seconde tour, quoiqu'elle ne paraisse pas aussi antique, existe encore depuis fort long-temps. La tour ronde,-bien moins ancienne que les deux autres, a été construite dans le XIIe siècle ; c'est la plus remarquable des trois.
Le château de Foix proprement dit est situé au pied et au nord-nord-ouest du rocher qui supporte les trois tours; il sert aujourd'hui de palais de justice.
L'abbaye de Foix a été fondée au confluent de l'Ariége et de l'Arget, à l'occasion des re liques de saint Volusien, martyrs llee fut unie, en 849, par Charles le Simple à l’abbaye de Saint-Tibery. Avant la révolution. ce monastère appartenait aux chanoines réguliers de la congrégation de Sainte-Geneviève. Après la suppression des ordres monastiques , il fut successivement occupé par l'administration départementale, les tribunaux et la préfecture. En l'an XII, un incendie le consuma presque entièrement; les bâtiments, reconstruits sur le mène plan, servent aujourd'hui d'hôtel de préfecture.
L'église paroissiale de Saint -Volusien, qui remplace l'ancienne église de Saiut-Nazaire ; elle fut reconstruite par RogerII comte de Foix. Cette église n'a qu'une nef, le chœur, semi-circulaire, est entouré de jolies chapelles.
Le pont à deux arches, en pierre, sur l'Ariége , fût ou commencé dans le XII éme siècle, par Roger-Bernard Ier, dit le Gros, et achevé ou refait dans le XVe siècle, par Gaston, fils de Jean et de Jeanne d'Aibret :

c était, pour ce temps-là, un ouvrage remarquable. Il a été élargi en t823, pour en mettre la largeur en harmonie avec celle de la nouvelle rue, dite du Pont, formée à cette époque.
Les casernes, vaste bâtiment moderne, dont la construction ne remonte qu'à l’an 1824. Elles sont situées au fond de la promenade de Villote, sur les bords et la rive gauche de l’Ariége.
Foix possède aussi une bibliothèque publique, contenant 8,000 volumes.
Fabriques de fer, d'acier, de faux, de limes. M. Ruffié, propriétaire des forges de Foix, dont les produits ont obtenu plusieurs prix aux expositions du Louvre, a donné une très-grande extension à ce genre d'industrie. Laminoirs, martinets pour le fer et le cuivre; tanneries; fabriques de serges et cadis, de chandelles.—Commerce de grosses draperies, cuirs, laines, bestiaux, fers., cuivrre, limes, faux, térébenthine, poix, résine, etc.